Etudiant étranger,attention à vos notes!!!

Publié le par Ouïgour

 

Aujourd’hui un étudiant ouïgour sera reconduit à la frontière par la préfecture de police de Nanterre. Ce jeune ouïgour était étudiant en première année de licence dans une des universités parisiennes. Il est le sixième étudiant ouïgour expulsé depuis 2008.


Il est en France depuis trois ans. Pendant deux ans il a appris la langue et c’était sa première année dans l’université. Comme la plupart des étudiants, il a travaillé temps partiel à côté de ses études pour pouvoir financier sa vie étudiante à Paris. Résultat, il n’a pas réussit ses examens. L’Université lui a fait une attestation d’assiduité pour renouveler son titre de séjour. La préfecture de Paris a refusé de renouveler sa carte de séjour après avoir vu ses relevés des notes et lui a demandé d’attendre leur réponse chez lui. Quelques semaines plus tard, il a reçu une lettre recommandée de la part de la préfecture. En ouvrant la lettre, il a été stupéfié : Il a été expulsé et qu’il faudra quitter la France en septembre.


Il n’a prononcé à personne cet affaire, même pas à sa femme. Il avait été marié religieusement avec une jeune ouïgoure l’année dernière. Il a continué à travailler en noir et la semaine dernière, lorsque la police a débarqué dans son lieu de travail pour trouver des travailleurs en noir, il a été arrêté avec plusieurs africains. Ces derniers sont lâchés, mais notre étudiant est amené tout de suite au centre de rétention de Nanterre.


C’était vendredi dernier. Il est entendu dimanche par la juge des libertés. La préfecture s’est chargée de lui trouver un avocat en permanence. Pendant l’audition, le représentant de la préfecture a même félicité l’étudiant ouïgour le fait qu’il va bénéficier de la générosité de l’Etat français qui lui offre le billet de retour. La juge l’a autorisé à préparer ses affaires en trois jours pour pouvoir partir le jeudi prochain, donc aujourd’hui.


En sortant de l’audition, l’avocat a regretté que notre ouïgour ne soit pas un tibétain, ce que lui aurait permis d’avoir la sympathie des juges.


Selon la loi, pour les étudiants étrangers, deux ans sur la même année est toléré. Mais visiblement, la pratique est encore plus restreinte qui ne permet même plus une seule fois. Une leçon pour les étudiants étrangers : faites uniquement vos études, ne travaillez surtout pas, sinon vous allez rater vos examens, ce qui vous coûtera d’être expulsé. Ne prenez pas comme modèle vos camarades français qui ratent souvent leurs années. Ils sont français, mais pas vous.

Commenter cet article

qs 01/04/2009 04:17

@Tataria
Malheureusement, tu n'as pas bien compris mon commentaire.
Ma vision des choses n'est pas dégueulasse. Elle est vraie.
Comme je te dis, je suis au Japon. Travailler au noir me rapporterait assez en une journée pour arrêter de travailler les 3 autres jours de la semaine, le soir, dans le froid. Mais je le fais pas, car il y a des risques pour mon Visa.
Tu sais, dans ma classe il a sur 27 personnes 25 chinois, une népalaise, et moi. La Chine, leur avis sur le Tibet, et les autres régions qui ne sont pas peuplées de "Chinois" je n'en sais pas grand chose mais juste assez pour plaindre le Ouigour qui y est retourné.
En tant qu'étranger, j'aimerai bien aussi avoir l'argent, l'argent du beurre, ne pas me faire taper trop fort par la justice si je fais une idiotie (peu importe laquelle), mais je suis étranger. Enfin meme pas, car déjà au Japon, on se fait appellé gentilment "Gaijin san" Monsieur de l'extérieur.
Comme je te dis, quand il y a une petite branche qui te permet de ne pas tomber dans un ravin, il faut la tenir de toutes ses forces.
Il s'est faut chopper avec des mauvaises notes à la fac, et un boulot au noir: il a lacher sa branche...

Ne crois pas que je sois méchant ou autre. Ca ne tiendrait qu'à moi, j'aimerai que mon pays soit bien plus clément avec les étrangers, et même qu'il permette plus de privilèges à un étranger qu'à un Français.
Car quand on voit de quoi sont remplies les facs françaises, d'étudiants qui ne sont là que 3 jours dans l'année pour avoir des bourses, on se dit que ce jeune ouigour aurait bien du rester...

Tataria 31/03/2009 10:40

@ Alex : merci de regarder les numéros de commentaires. Celui que tu critiques est celui de "J".

Et je trouve particulièrement dégueulasse votre vision des choses. "Il a mal joué ses cartes" : ça n'est pas un jeu, vous savez comme moi ce qu'il risque en se faisant renvoyer en Chine.
"Travailler au noir, ça n'est pas très intelligent" : malheureusement, c'est souvent le seul moyen de gagner un peu d'argent lorsqu'on n'a pas la nationalité française ou une carte de résident. Même pour les Français, ça devient de plus en plus courant de travailler au noir ; mais bien entendu, ce sont les employés qui dégustent lorsque c'est découvert, et non pas les patrons qui bénéficient toujours de la clémence de la justice, malgré des textes visant à les punir sévèrement.

Alex 31/03/2009 09:41

Pour Tataria:
-Ces Tibétains qui savent si bien jouer les martyres... Et tant pis pour les Ouïghours et autres minorités turques de Chine qui ont le malheur d'être musulmans...
::>Il ne faut pas répondre au racisme par le racisme...
Le Tibetains ne jouent pas les martyres. Va faire un tour au Tibet lors d'une répression Chinoise, et reviens modérer tes propos.

Être étranger c'est difficile. Quand on va dans un pays qui n'est pas le notre, on doit s'attendre à ce que ce ne soit pas une partie de plaisir tous les jours.
Je suis au Japon, je suis étranger et ça se voit au premier regard. Alors, je sais que je n'aurai pas le droit à deux chances. Je n'ai aucune aide, et je ne m'en plaind pas.

Ce jeune Ouigour, bien que ce soit une des pires choses qu'il se fasse renvoyer, aurait du s'attendre en venant en France à se faire traiter de la sorte, et donc, a modérer son boulot tout en se concentrant chaque jour sur ses études. En plus travailler au noir, c'est pas intelligent. Il y a des règles à ne pas enfreindre.

Je n'ai pas le droit de travailler plus de 20h par semaine sous peine d'amende et d'expulsion. Je n'ai pas le droit de travailler la nuit. Je n'ai pas le droit de rater mes études. Je n'ai pas le droit d'ouvrir ma gueule.

Un étranger est un étranger. C'est regretable, et moins aussi j'aimerai que ca change.
Mais tant que cela ne change pas, il faut se plier aux règles, et savoir qu'on aura pas de seconde chance.

Désolé pour ce jeune étudiant, mais, il a mal joué ses cartes...

J 30/03/2009 22:49

"En sortant de l’audition, l’avocat a regretté que notre ouïgour ne soit pas un tibétain, ce que lui aurait permis d’avoir la sympathie des juges."

Tellement vrai... il n'y en a que pour ces Tibétains qui savent si bien jouer les martyres... Et tant pis pour les Ouïghours et autres minorités turques de Chine qui ont le malheur d'être musulmans...

Tataria 27/03/2009 12:44

Dans ce genre de cas, il vaut mieux en parler autour de soi. Il y a des associations comme le Réseau Universités Sans Frontières et le Réseau Education Sans Frontières, ainsi que des syndicats étudiants (SUD, FSE, CNT, UNEF), qui peuvent aider les étudiants étrangers sans-papiers ...
Si l'étranger menacé d'expulsion reste tout seul, il accroît ses chances de se faire expulser.