Expérience à la préfecture

Publié le par Ouïgour

Sur ce blog, j’informe le public francophone de faits dont il n’a pas forcément conscience. Par exemple, les « français de souche » ne connaissent certainement pas les histoires qui peuvent se dérouler dans les préfectures.  Les écrivains, les sociologues, les journalistes ou encore les scénaristes et les humoristes ne devraient pourtant surtout pas manquer ces lieux précieux, et où ils peuvent y trouver toutes sortes d’évènements.

Pour toutes les demandes, que cela concerne un titre de séjour ou un changement de statut, que vous habitiez proche ou loin de la préfecture, vous devez dans tous les cas prévoir de venir le plus tôt possible. En effet, dès cinq heures du matin vous allez déjà découvrir une longue queue devant la grande porte noire de la préfecture, qui ressemble d’ailleurs plus à une prison avec ses grandes barrières en fer. Vous avez un rendez-vous à 14h ? Si la préfecture de Paris respecte peut être les horaires, vous ne pouvez pas attendre cela de la part des autres : dans le dictionnaire de la préfecture, le mot « rendez-vous » n’existe pas. Elle vous donnera rendez-vous peut-être pour se montrer moderne et efficace, mais sans comprendre réellement  ce que signifie ce terme. Donc peu importe que vous ayez rendez-vous ou non, vous devez de toute manière venir très tôt, à cinq heures, et même plus tôt si vous le pouvez. Et pour ceux qui, comme moi,  viennent de loin en transport  en commun, tant pis. De toute façon, le slogan de la préfecture est « Il faut attendre ». Les derniers tickets sont distribués à 9h du matin, et pour les gens qui arrivent après, plus de ticket, il faut revenir le lendemain matin, plus tôt. Pourtant, la préfecture n’ouvre qu’à 8h30 : la longue queue devant la grande porte noire s’allonge donc jusqu’à plusieurs centaines de mètres.  En hiver, il arrive souvent que les pauvres étrangers tombent malades à  force d’attendre pendant des heures à l’extérieur. Une fois que la porte est ouverte, vous vous dites « ouf », car même si vous attendez toute une journée, cela se passera dans la salle d’attente, qui est bien plus chaude que dehors. La préfecture fonctionne selon l’ordre des tickets. La dernière fois, pour mon rendez-vous de 8h30, j’ai eu le dernier ticket et j’ai du attendre mon tour jusqu’à 16h30. Réservez donc tout votre temps à la salle d’attente de la préfecture. Je parle particulièrement de la préfecture de Sarcelles.

Ce qui est bien dans cette salle, c’est que vous ne vous ennuyez pas trop, mais prenez quand même un livre avec vous. Vous pouvez observer comment les employés traitent les personnes qui demandent un titre de séjour, les couples qui  se disputent à cause du stress, à force d’attendre si longuement, les enfants qui courent, crient et pleurent. Pour les bébés c’est encore pire : ils ont faim, et le lait que leurs mères ont préparé à 4h du matin avant de partir à la préfecture est déjà froid. Et les bébés sont aussi têtus que les fonctionnaires de la préfecture, ils ne comprennent pas que leurs parents ne peuvent pas faire chauffer leur lait dans cet endroit. Dans la salle d’attente, il n’y pas assez de place pour s’asseoir, donc il faut attendre que quelqu’un libère sa chaise. A midi, les fonctionnaires partent manger, on ne sait pas où, car autour de la préfecture, il n’y a rien d’autre qu’une station essence : pour aller manger, il faut prendre le bus 200m plus loin et descendre au centre ville. Mais par peur de rater leur tour, les gens n’osent pas partir manger et préfèrent attendre, même si c’est le ventre vide.

En général, les gens essaient d’être très souriants devant les fonctionnaires qui se trouvent derrière leurs guichets, mais après 8h30 d’attente, les derniers demandeurs n’ont plus la force de sourire. Il faut pourtant se forcer à sourire un peu, sinon l’employé, déjà assez froid, vous traitera encore plus mal. « Attestation d’hébergement ! », « Attestation bancaire ! », « Acte de naissance ! », ils ne connaissent pas l’expression « s’il vous plait », car c’est vous qui êtes demandeur, et pas la préfecture !

Alors quand vous venez pour la première fois, vous devez attendre toute la journée pour prendre un rendez-vous qui vous sera donné un mois plus tard, au mieux, sinon deux. Ensuite vous devez venir une deuxième fois avec tous les justificatifs demandés et attendre encore une journée pour votre rendez-vous. Il faut toujours dire la vérité, et s’il vous manque quelque chose, l’agent acceptera quand même votre dossier en vous conseillant de lui envoyer le reste. Vous envoyez donc le document manquant, mais un mois après vous allez recevoir un courrier qui demandera soit le même document, soit encore un autre. Vous envoyez de nouveau ce qu’ils vous demandent, mais si vous n’avez vraiment pas de chance, un mois après vous allez continuer à recevoir des courriers de la préfecture. La date de traitement de dossier ne débutera qu’à partir du jour où l’agent a reçu les documents manquants. Et il faut compter largement 5 mois supplémentaires pour obtenir votre carte de séjour, qui sera valable un an, mais qui vous servira en réalité uniquement durant 7 mois.

Si vous posez des questions par rapport à leurs  expériences vécues à la préfecture, les gens qui attendent dans la salle auront beaucoup à raconter : les étudiants qui se voient refuser leur titre de séjour, ou retarder à cause de leurs maigres ressources financières, ou encore à cause de leurs mauvaises notes dans certaines matières, les changements d’écoles, etc. Bientôt il va falloir écrire une lettre de motivation manuscrite pour demander le renouvellement du titre de séjour !!! Et pour les étudiants salariés qui demandent un changement de statut pour pouvoir signer un CDI, c’est encore pire.

Les étudiants étrangers, même s’ils sont diplômés, n’ont pas le droit de travailler en CDI, mais au maximum pour six mois. Et quand ils perdent leur emploi, ils n’ont pas  le droit de toucher le RMI, car ils ne sont pas considérés comme des travailleurs. Par contre, ils doivent payer des impôts !!! Pour être considéré comme salarié, il faut changer de statut. L’employeur doit alors fournir une série de documents, y compris une lettre de motivation du Directeur. Il faut ensuite attendre que la préfecture réfléchisse et envoie ces documents à la main-d’œuvre étrangère du département. Vous devez donc attendre pendant cinq ou six mois. Si vous appelez la préfecture pour suivre votre dossier, elle vous répond que votre dossier est déjà parti au bureau de la main d’œuvre étrangère, et il faut que vous attendiez encore. Mais, sans ce papier, vous ne pouvez pas continuer à travailler. Au bout de cinq mois, si vous n’avez toujours rien, vous allez voir le bureau de la main d’œuvre étrangère qui se trouve à l’autre bout du monde, et vous allez recevoir une réponse qui va vous faire pleurer : ils n’ont pas reçu votre dossier, peut-être que la préfecture l’a perdu… Ensuite, le lendemain, vous partez de nouveau à la préfecture. Après toute une journée d’attente, la personne au guichet vous dit que la préfecture a bel et bien envoyé votre dossier au bureau de la main d’œuvre étrangère. A ce moment-là, vous ne savez pas s’il faut pleurer ou rire. Par contre, la personne ne veut absolument pas vous montrer une preuve attestant que le dossier a réellement été envoyé. Elle ne veut pas non plus appeler la main d’œuvre étrangère pour attester de son envoi. Vous allez donc rester sans rien pouvoir trouver concernant votre dossier. Vous repartez au bureau de la main d’œuvre étrangère, et ils vous envoient de nouveau à la préfecture. Mais à force de vous voir tous les jours, les personnes « souriantes » à l’accueil ne vous donneront même plus de ticket. Vous êtes alors condamné  à attendre chez vous, sans déranger, ni surveiller le bon déroulement de l’avancée de votre dossier, et même si le délai a déjà largement été dépassé.

Tous ces fonctionnaires qui travaillent dans l’administration française semblent n’avoir jamais connu l’expérience d’être étranger ou de  résider dans un pays pendant une longue durée. Ils n’ont de pitié pour personne et semblent s’amuser en envoyant ces étrangers  de bureau en bureau, de guichet en guichet. Ce qui est  le plus étonnant dans tout ça, c’est que la plupart de ces employés de l’administration sont souvent des français d’origine étrangère.

Publié dans Articles généraux

Commenter cet article

Lise 02/07/2009 13:36

Ce témoignage est mille fois vrai. 1 million de fois vrai. Moi qui suis de la banlieu j'ai vu le traitement des étrangers se détériorer de jour en jour. Le pire, c'est que le personnel ne fait même plus la différence entre ceux qui le respectent et les agressifs. Le pire, c'est qu'ils ne regardent même pas les documents qu'on leur fournit. Le pire encore c'est que pour pouvoir jouir d'un droit il faut tout abandonner, ses ambitions personnelles, sa passion. Et certes il ya des irréguliers, mais ils paient leurs impôts et travaillent. Parfois comme dans mon cas on a envie de tout lâcher, parcequ'avant toute chose, le traitement de votre dossier est une affaire de personne, j'en connais dans cette préfecture depuis 8 ans, toujours souriantes, vraiment dans le service public, d'autres étaient sèches aujourd'hui elles sont agressives, d'autres encore n'ont jamais cherché à cacher leur visage. Arrivée mineure, recueillie par un français, jugement d'autorité parentale. 1er récépicé= carte de 10 ans, après plus rien étudiant. J'ai un emprunt de 15 000 euros à la fin de mes études, mais ne peux travailler malgré mon BAC + 5, heureux ceux qui ont vu leur statut changer grâce à leur employeur. Quelle solution alors, travailler à l'étranger près de la France soit les organisations internationales. C'est ce qui m'a sauvé. Après 10 ans et des milliers de demandes et un dernier coup de gueule, on me change mon statut. Mais entretemps, partie travaillée à l'étranger pour une OI dont le siège est Paris. Autrement dit, tout reste intact, les impôts le savent, ma banque le sait, la préfecture le sait,elle sait tout de ma vie. Carte temporaire d'un an vie privée et familiale. Auparavant j'ai démissionné car fatiguée des va et vient, n'arrivant pas à trouver un boulot à distance. J'apprendrais 2 mois plus tard avant d'avoir déposé ma démission que je n'ai plus droit à une carte. 1 an il m'a fallu, et aussi un changement de personne. Le pire c'est qu'en fait en dépit dufait que je fournissais des info, ben tout avait été arrêté d'être enregistré il ya un an. Et auj, il ya la crise, donc boulot difficile, profil atypique, pas de logement car c pas coe dans les pays anglosaxons (tu paies, tu restes sinon tu sors) pas de revenu, pas de logement. On pourrait alors dire oui ma la famille, ben pour la préf celui qui m'a recueilli il ya 13 ans n'est pas ma famille. C drôle il l'était pour le tribunal pour les impôts. On nie les liens que nous avons. Résultat, je ne peux prétendre à une carte de résident, car pas de boulot, pas de logement propre (si mon boulot me conduit à 600 km, je déménage puis j'emmenage? Pas de boulot, soit le CDI. Nous savons tous comment obtenir les CDI est difficile. Et pourtant j'ai les revenus, de quoi vivre plus d'un an, pour le logement, ma famille a de la place, me convie même. Je viens même d'acheter une voiture cash. Dur dur d'être immigrée en France. Le pire, c'est ces personnes de l'OMI qui vous disent "c'est quoi votre problème" m'entendant parler un parfait français et présenter mes diplômes. Ce qui me rend triste, c'est que qqn coe moi qui ai toute ma vie en France prouvé que je ne dépendais pas de l'aide de l'Etat, est un cas qu'on n'aime pas. L'espoir fait vivre, mais je sais que si cette année je n'ai pas cette carte de 10 ans, je ne l'aurais plus parceque chaque 2-3 ans, les choses changent. Quand je pense que j'ai démissionné de l'étranger pour conserver ma carte, certe mon contrat courait pour 1 an et demi, mais ça m'aurait fait énormément d'argent, de quoi me retourner et aller ailleurs. Au lieu de ça, j'ai déjà perdu près de la moitié de mon épargne, et ne trouve pas de boulot. La carte de séjour, une surenchère à une situation déjà diffile. La loi c'est la loi, mais la décision est discrétionnaire. Et il ya des fois où je regrette presque d'être parie pour un avenir inconnu.

Valou34 28/05/2009 11:24

Bonjour,
Ce qui est raconté sur les tribulations des étrangers au sein des préfectures ne m'étonnent guère. Française "de souche" née à l'étranger, je peux vous assurer que je rencontre aussi des difficultés. A chaque renouvellement de ma CNI ou de mon passeport, je dois prouver ma nationalité française en demandant lesdites preuves à Nantes. Heureusement, depuis quelques années, ces démarches peuvent s'effectuer par le web, ce qui me fait gagner du temps pour constituer mon dossier. Les lourdeurs administratives sont notre quotidien (sécu, CAF, mutuelle, permis, carte grise, etc.), ce qui expliquerai que notre sport favori soit le contournement de la loi. Malgré tout, des progrès ont été réalisés au cours des 5 dernières années et il est nécessaire de continuer sur cette voie. Pour ce qui est des préfectures et au regard des discours politiciens, je doute qu'il y ait une réelle volonté de mieux faire.... malheureusement...

l'Auteure 27/03/2009 16:34

Bonjour Gérard,
Vous parlez de la préfecture de Paris. Si vous relisez cet article vous allez comprendre que nous ne parlons pas du même établissement. Je n'ai pas fait des démarches auprès de la préfecture de Paris, mais j'ai entendu qu'on a un rendez-vous respecté. Cela n'est nullement le cas dans les autres préfectures d'Ile de France. Si vous ne croyez pas, le mieux, allez voir les banlieues.

Gerard 27/03/2009 11:38

Je ne suis pas tout à fait d'accord avec cet article. Pendant 6 ans j'ai accompagné une personne pour l'attribution puis ensuite le renouvellement de sa carte de séjour à la Préfecture de Paris et je n'ai jamais attendu aussi longtemps dehors (maxi 30 minutes), jamais attendu + de 1 heure à l'intérieur. Pour moi ce cas est vraiment extrême et peut-être dû à une mauvaise préparation.

bgoss 15/02/2009 13:29

Salut je serai surement devant toi au classement des bogoss mais je t invite quand meme sur b-goss.com