Encore un réfugié ouïghour risque d’être remis à la Chine par le Kazakhstan

Publié le par Ouïgour

http://www.uyghurcongress.org/en/wp-content/uploads/Ershidin-Israel-247x300.jpgErshidin Israël, 38 ans, recherché activement par les autorités de la préfecture d’Ili pour dénonciation de secret depuis juillet 2009 à la suite de la répression sanglante de la manifestation ouïghoure à Urumchi, s’était réfugié au Kazakhstan le 24 septembre de la même année. Obtenu le statut réfugié par la HCR au Kazakhstan avec l’acceptation de la Suède, il est emprisonné par les autorités kazakhes pour être remis à la main de la police chinoise.


Mr Israël, originaire de la ville révolutionnaire de Ghulja, le centre de la préfecture d’Ili, ville frontalière avec le Kazakhstan. En juillet 2009, il a été accusé pour avoir dénoncé aux journalistes étrangers le meurtre et la torture de manifestant ouïghour Shökhret Tursun en prison. Le 24 septembre 2009, après 4 jours de marche, il arrive au Kazakhstan et il dépose une demande d’asile auprès de la HCR dans ce pays. En mars 2010, sa demande a été acceptée et devrait partir en Suède. En avril de cette même année, la police kazakhe ne l’a pas autorisé à partir en Suède et l’a mis en prison. La Chine aurait demandé aux Kazakhs de lui rendre Mr. Israël en l’accusant de « terroriste ».


Après l’intervention des autorités occidentales dans cette affaire, le Kazakhstan aurait essayé de justifier l’arrestation de Mr. Israël avec son entrée illégale (sans passeport) sur son territoire.


Selon le communiqué de presse du Congrès Mondial Ouïghour (WUC) sur son site officiel, Mr. Israël serait emmené de son prison d’Almaty dans un endroit inconnu. Les Ouïghours de la diaspora s’inquiètent pour son sort, notamment de son extradition vers la Chine où la torture et la mort attend Israël. Ni sa famille, ni son avocat n’est au courant de l’endroit où les Kazakhs l’ont mis. Le WUC estime que Mr. Israël serait extradé avec le vol Almaty-Urumchi à 9h du matin vers Urumchi, la capitale de la Région Ouïghoure. 

 

On se souvient encore les 20 réfugiés ouïghours, extradés vers la Chine par les autorités cambodgiennes pour un contrat de 1 milliard de dollars en décembre 2009, trois Ouïghours remis à la Chine par le Tadjikistan en janvier 2011 et l'ouïghour canadien Huseyin Celil, mis à la main chinoise en 2006 par les autorités ouzbèkes. La liste s'allonge de plus en plus avec l'argent sale et pue du sang des innocents du régime chinois. Comme d'habitude, les premiers chiens qui viennent chercher un petit os chez leur maître chinois sont toujours nos chers "frères turks" et "musulmans".

 

Commenter cet article

Alimjan 06/01/2017 20:44

Ce sont des gros traitres. ceux qui vendent comme des bétailles nos frères ouïgours ....Allah est grand ...celui qui vas faire la justice pour l'humanite et pour tous les injustices ...Dieu est grand ....