Les soirées ouïgoures-Qatar Tchaï

Les ouïgours aiment la fête. A part les fêtes officielles comme les Eids, ils profitent des cérémonies des mariages, des circoncisions, des déménagements ou de construction d’une nouvelle maison, d’avoir un travail, de naissance d’un enfant, de sortir de l’hôpital…etc. S’il n’y a rien de ces cérémonies, alors ils organisent des soirées entre amis, entre les couples, entre les voisins, entre les collègues. Une de ces fameuses soirées est appelée de « Qatar Tchaï » qui signifie la soirée enchaînée.

 

Qatar Tchaï se passait normalement dans les maisons il y a une dizaine d’année. Depuis la montée des restaurants chics, toutes les cérémonies et soirées s’organisent dans les restaurants. Dans la région ouïgoure, les restaurants sont classés en plusieurs degrés : les restaurants des cérémonies où se passent toutes les soirées, les mariages, les cérémonies pour la funérail, les circoncisions. Ils sont équipés des instruments musicaux, des groupes de chanteurs, des grandes salles de cérémonie. Ensuite les restaurants rapides. Ils sont très chics, souvent la décoration et la construction montre très clairement la belle architecture ouïgoure qui n’est pas très loins de celle d’arabo-persane. Dans la plupart des restaurants rapides, l’alcool et le tabac est interdit.  Enfin les petits restaurants dans les petites rues où on peut manger moins cher, on peut fumer et même l’alcool est autorisé.

 

Le Qatar Tchaï se passe donc dans les restaux de première classe. Le nombre de participant commence en général de 10, mais ce n’est pas une règle. Chacun(e) emmène une somme définie de la soirée, souvent reste entre 100 et 200 soms (yuan en chinois) et c’est la (le) hôtesse de la soirée reçoit cette somme. Le mois prochain une deuxième soirée organisée dans un autre restaurant par un(e) autre participante qui reçoit le même montant de somme de la part de chacun(e). Difficile d’économiser les maigres salaires pour acheter des articles chers. L’argent collecté dans cette soirée serve souvent à la (le) hôtesse pour réaliser un petit projet qu’elle n’a pas pu faire.

 

Le Qatar Tchaï est l’endroit où les femmes ou les hommes se trouvent après un mois de travail fatiguant, pour chanter, danser, discuter. Aujourd’hui cette soirée est devenue une lourde pression pour les familles qui en ont plusieurs dans un mois, le montant de la soirée pour chaque mois s’élève parfois à mille soms, un mois de salaire pour une personne. De plus, les femmes exigent de plus en plus de nouveau tenu pour chaque soirée qui demande un gros investissement des familles. Le nombre de qatar tchaï s’augmente, pendant les week-ends ou dans la semaine les parents sont occupés par la préparation de la soirée.Les enfants restent à la maison sans surveillance jusqu’à une ou deux heures du matin où les soirées des parents se terminent tard. Ce qatar tchaï n’a épargné personne de touts secteurs d’activité y compris les professeurs des écoles. Les familles qui dépendent d’un seul salaire galairent afin de trouver d’argent aux soirées. Si on ne participe pas, on est exclu de la société. Les femmes qui viennent à deux soirées avec le même tenu sont méprisées par les autres. Aujourd’hui on a surnommé le qatar tchaï en « hata tchaï » qui signifie la soirée trompée.

 

Les intellectuels se mobilisent contre cette soirée. Ils publient des articles ironiques sur le sujet. Les écoles organisent des journées de critique, les enfants déplorent l’ignorance de leur parents envers eux à cause de ces soirées.