La colère d'un militant de droit de l'Homme-économiste Ilham TOHTI

Publié le par Ouïgour

En espèce de deux ans, Ilham TOHTI, cet économiste de l’Université Centrale des Nationalités de Pékin, est devenu un personnage controversé en Chine et à l’international.


Tenant une voie très modérée sur la question ouïghoure, le professeur Tohti se distingue des autres Ouïghours avec sa position « régler le problème selon la loi chinoise ».  Mais sa position extrêmement modérée ne lui a pas empêché d’être arrêté plusieurs fois, d’interdire de sortir du territoire pour participer aux conférences internationales tenues à l’étranger.


Dans une lettre ouverte, publiée récemment sur son site Uyghur Biz (nous sommes Ouïghours), Ilham TOHTI crie de colère contre les « violeurs de la loi » qui lui a interdit encore une fois sa participation au Colloque Culturel du Monde Turcophone, tenu à Izmir en Turquie. Le site www.uighurbiz.net est une importante plateforme en chinois émanant de la société civile. Il a facilité le dialogue et la compréhension entre les Ouighours et les Hans et lutté contre le séparatisme et la violence.


Voici l’intégralité du contenu de sa lettre :

 

Une liste noire d’interdiction de quitter le territoire, on a ouvertement piétiné la loi


Ils piétinent toujours ouvertement la loi qu’ils utilisent pour protéger l’ordre social. Alors la loi est illégale, bien sûr que la loi ne peut être illégale, dans ce cas là, ce qu’est illégale est la légitimité qu’ils tiennent dans les mains.  Le juste et la justice sont bafoués, érodés et cela a des conséquences encore plus dangereuses.


Je m’appelle Ilham TOHTI, ouïghour, légal citoyen qui possède une carte d’identité de la République Populaire de la Chine et chercheur de longue date sur la « question Xinjiang ».  J’ai reçu fin mars l’invitation de deuxième Colloque International des Cultures du Monde Turcophone qui aura lieu à Izmir Turquie entre 18 et 24 avril. Ma situation actuelle et expérience m’a poussé à prévenir les bureaux « harmonieux » de mon entourage de mon intention de participer à ce colloque. Après mes nombreuses explications sans lâcher, finalement ils m’ont autorisé à sortir du pays pour participer à cette conférence. On dirait qu’ils m’ont fait confiance que je ne donnerai aucune interview aux médias étrangers, ni y rester.  Pour le reste du temps, à l’aide de mes collègues, j’ai fait les démarches auprès des bureaux de notre université : bureau de sécurité, bureau d’administration centrale,  bureau de RH, bureau d’organisation, bureau du président…toute une semaine pour finir.  Enfin ils ont donné 13 tampons rouges sur ma feuille d’autorisation de sortir du territoire. J’ai commencé même à m’inquiéter : ils ne vont pas me faire sortir et de ne plus m’autoriser à retourner ?  Quand je leur exprime mon inquiétude, ils répondent toujours : « comment c’est possible, la Chine est un ‘ pays de droit’ ».


Sans que l’inquiétude se disparaisse, je suis allé à l’ambassade de la Turquie pour demander le visa. Là, j’ai rencontré plusieurs chercheurs ouïghours qui viennent eux aussi demander de visa pour participer à ce colloque. A l’ambassade de la Turquie, la personne qui s’occupe de délivrance de visa est un chinois han. J’avais déjà bien reçu son « traitement ». Cette fois, il n’est plus la personne qui m’avait refusé sans aucune explication ma demande de visa en novembre 2009, il est anormalement chaleureux. Peut être cela a quelque liens avec la compréhension de ministère turc des affaires étrangères concernant ma position.


Le visa est fait. Le jour où j’ai obtenu mon visa, j’ai entendu que la secrétaire ouïghoure de département  de classe préparatoire de l’Université des Nationalités, Arzigül est informée de la décision de la fac qui ne pourra accorder ce voyage en raison de trop de travail à l’université. Cette nouvelle m’a inquiété. Juste avant, j’avais reçu une autre information qui me dit que certaines autorités ne veulent pas me permettre de sortir du pays. Ce soir là, j’avais eu une interview de « Asia Weekly » sur la « question Xinjiang » et de suite j’ai reçu le coup de fil de RG qui m’informe de venir me voir. Mais est-ce qu’ils vont vraiment m’empêcher de sortir ? Deux RG sont venus me voir et discuté toute la nuit avec moi, je suis totalement épuisé. Ils disent que je ne peux pas aller participer à ce colloque, mais ils ne montrent aucune déclaration officielle et arrachent, ridiculement juste à l’orale, le droit de sortir du pays d’un citoyen légal. Je leur demande : « mais quelle autorité concernée ? Selon quel article de « Code d’entrée et sortie du pays » ? Ces agents RG ne peuvent pas répondre, juste se contentent de montrer que c’est l’ordre des « autorités supérieures ». Pour les détailles, ils ne sont pas informés. Un de ces RG m’a dit que ce sont les autorités supérieures qui ont donné l'ordre que je ne peux pas sortir du pays. Il m’a conseillé qu’il vaut mieux d’écouter ce qu’ils disent les autorités et de partir en « voyage organisé » jusqu’à la fin du colloque (partir le lendemain en avion pour un voyage forcé dans le Sud). Je lui demande : « votre information est confirmée par quel département ? », il répond : « c’est notre processus de travail en intérieur, c’est l’ordre de chef, personne ne sait le détail, pas possible de vous répondre ».  Quand je leur demande de me montrer les documents officiels qui m’interdisent de sortir du pays et de me rembourser les frais liés à cette annulation, refus net. J’exprime mon incompréhension à ces « autorités » qui arrachent si ouvertement  le droit fondamental de sortir du pays d’un citoyen légal sans aucune retenue, sans aucune raison ! Je trouve extrêmement dommage ! Si j’analyse la raison de ce refus, il doit avoir quelqu’un qui a peur de « la vérité ».  Pourquoi ce qu’on appelle « la loi intouchable » ne peut même pas protéger mon droit humain le plus fondamental ? La dernière moitié de l’année dernière, j’ai reçu nombreuses invitations des pays tels que  la Norvège, la Turquie et la Suisse…etc. les autorités m’ont interdit de sortir du pays.  Est-ce qu’alors, Ilham TOHTI que je suis, est dans la liste noir des personnes interdites de quitter le territoire ? Est-ce que les autorités prennent l’interdiction des citoyens d’entrer ou sortir du pays  pour punir ou alors contrôlent les voix différentes en dehors de la frontière ?


Je pense à tout cela dans ma tête. Ilham TOHTI, le citoyen qui possède une carte d’identité ne voit manifestement pas ce que « le Code d’entrée et de sortie du pays » n’est qu’un instrument dans la bouche des autorités. Le droit des citoyens du sortir du pays, bafoué ridiculement à ce point.


Où sont les articles qui m’interdisent du sortir du pays ?


1. « Code du sortie et d’entrée au pays de la République Populaire de la Chine », section 1, article 15 : les personnes susceptibles d’appartenir aux catégories suivantes, peuvent être refusées de sortir ou d’entrée par les autorités douanières :


                1. Personne sans documents de sortir, d’entrée de RPC ou d’autres documents similaires

                2. Personne possédant des documents de sortie ou d’entrée non valide

                3. Personne possédant des documents de sortie ou d’entrée d’une autre personne ou

                 personne possédant des documents faux ou modifiés

                4. Personne refusant l’examen de ses documents par les personnels.


Voila, Ilham TOHTI qui possède une carte d’identité, est aussi titulaire d’un passeport légal. Ces articles ne peuvent donc pas l’interdire de sortir du pays.


Selon la Constitution de la République Populaire de la Chine, section 1 de l’article 37 sur « la liberté individuelle du citoyen de la République Populaire de la Chine est inviolable », et la section 3 sur « l’interdiction de restriction illégale ou avec autre moyens illégaux arracher ou limiter la liberté individuelle d’un citoyen, interdiction de fouiller illégalement le corps d’un citoyen », le droit du sortir du pays d’un citoyen de RPC n’est-il pas une des libertés individuelles fondamentales qui ne peuvent pas être interdites ou empêchés illégalement par aucune institution ou personne?


Interdire le citoyen Ilham TOHTI qui possède les documents nécessaire, de sortir du pays sans aucune raison ou document officiel est très clairement illégal.


2. « Code du sortie et d’entrée au pays de la République Populaire de la Chine », section 1, article 8 : les personnes susceptibles d’appartenir aux catégories suivantes, peuvent être refusées de sortir ou d’entrée par les autorités douanières :


                1. Personne sans documents de sortir, d’entrée

                2. Personne possédant des documents de sortie ou d’entrée non valide

                3. Personne possédant des documents de sortie ou d’entrée d’une autre personne

               4. Personne possédant des documents faux ou modifiés

                5. Personne refusant l’examen de ses documents par les personnels

                6. Personne ne passe pas par la porte indiquée

                7. Personne interdite du sortir du pays par le ministère de sécurité intérieur ou les services secrets

                8. Personne interdite d’entrée ou du sortir du pays par la loi ou par les règles administratives


Ilham TOHTI possède un passeport légal, passe par la porte indiquée, n’est pas soumis à l’interdiction de ministère de sécurité intérieur ou des services secrets, n’est pas la personne interdite d’entrée et de sortie  par la loi ou par les règles administratives, DONC, ces articles ne peuvent pas interdire Ilham TOHTI, citoyen légal, titulaire d’une carte d’identité, de sortir du pays !


3. Les autorités arrachent si débilement le droit d’un citoyen du sortir ou d’entrée de son pays, violent gravement l’article 13 de « la déclaration universelle de droit de l’Homme » :


1. Toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l'intérieur d'un Etat.
2. Toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir dans son pays


Tout ce que j’ai fait jusqu’à présent, c’est tout ce que peut faire un citoyen loyal, aussi c’est ce que peut faire un citoyen responsable. Je crois, que désormais je continue avec toute affirmation ma conviction, pour que les Ouïghours obtiennent un traitement juste et équitable !!!! J’appelle les Ouïghours, les Han, et les autres ethnies à respecter la loi et le droit de l’Homme, à respecter la dignité personnelle de l’Autre et la sienne !!!!!!!! à être des citoyens dignes !!!!!


Pour voir l'article original:lettre ouverte d'Ilham Tohti

Ilham Tohti sur Rue89

 

 

                 

Commenter cet article

Philippe 11/06/2010 22:23


Bonjour,

Mon adresse mail est la suivante : philippe.frison@coe.int

Je viens de finir la traduction du chapitre 1 (outre donc les chapitres 6, 7 et 8), puisqu'on me demandait pourquoi je ne l'avais pas traduit (c'est parce que je m'intéressais surtout à l'histoire
culturelle des Ouïghours, présentée notamment au chapitre 8). Mais ce premier chapitre reflète une perception très partiale de l'histoire, si bien que j'ai suspendu la traduction jusqu'au moment où
un généreux mécène se manifestera pour faire connaître le point de vue même biaisé d'un Ouïghour aussi éminent que Turghun Almas.


Auteure 11/06/2010 17:34


Bonjour Philippe,

J'aimerais entrer en contact avec vous. Vous pourriez me laisser vos contacts?

Cordialement,


philippe 01/05/2010 16:48


En fait j'ai commencé à traduire le chapitre 8, parce qu'il portait sur la culture des Ouïghours à l'époque du Qaghanat de l'Orkhon (744-840), ce qui m'intéressait le plus.
J'y ai rajouté deux chapitres auparavant qui présentent la fin du Qaghanat ouïghour (au début du IXe siècle).
En tout cela fait quasiment 10% du livre.
J'ai presque terminé le premier chapitre, qui porte sur les mentions des Ouïghours orientaux et occidentaux dans les sources historiques jusqu'au VIIe siècle.
Le reste du livre concerne les Qarakhanides et les deux royaumes ouïghours du Kansu et de Turfan.
Il faudrait trouver un éditeur pour diffuser une éventuelle traduction en français. Sinon, l'effort, trois mois de travail, pour identifier les citations chinoises et autres, ne se justifierait
pas.


Ouïgour 01/05/2010 22:39



Je ne vois pas votre adresse mail, alors je répond par cette fenêtre. Vous maîtrisez ouïghour, alors?



Auteur 01/05/2010 16:35


Pourquoi particulièrement ces quelques chapitres?


Philippe 01/05/2010 16:19


Je tiens à la disposition de toute personne intéressée la traduction en français des chapitres 6, 7 et 8 et la bibliographie de "Uyghurlar" de Turghun Almas.
Pour faire la traduction intégrale de l'ouvrage, il faudrait trouver un éditeur attaché à diffuser l'ouvrage.
Ce serait une autre manière de faire connaître les Ouïghours !