Faréberviller, la première ville française qui se solidarise avec le peuple Ouïghour

Publié le par Ouïgour

Hier, avec le plein soutien de la ville de Faréberviller quelques associations franco-turques, franco-allemandes ont organisé une journée de solidarité au peuple ouïghour dans le Complexe Sportif Marcel Cerdan de la ville.

 


Une journée de kermesse turque était préparée par les habitants franco-turcs de la ville pour l’honneur d’un peuple opprimé et trop souvent oublié du monde. L’association franco-turque Unité a présidé l’organisation de la journée, l’association humanitaire WEFA d’Allemagne a promis de mettre tous dons collectés de cette journée exceptionnelle aux mains des Turkestanais. Cette dernière, déjà très active dans le monde de misère collecte des dons auprès des familles turques en Europe et les distribue directement aux populations en détresse dans le continent africain et dans le Sud-Est du continent d’Asie.  Certaines associations ouïghoures d’Allemagne et de la Turquie qui financent l’éducation supérieure des jeunes de la Région Ouïghoure avaient déjà bénéficié des aides de WEFA (selon  son directeur) dans les années précédentes.



Le groupe des musiciens Anadolu Günesim  s’est fait invité pour animer la journée avec leurs belles chansons folkloriques. Quelques musiques ouïghoures ont été également mises à l’attention du public. Deux représentants de l’Association des Ouïghours de France ont assisté et a présenté la situation de la région brièvement. Le maire de Faréberviller, Laurent KLEINHEINTZ  (PS) a fait un très joli discours en apportant tout son soutien pacifique et démocratique pour la cause ouïghoure. En effet, Faréberviller a prouvé sa position démocratique et protectrice de droit de l’homme en organisant en France pour la première fois une journée de solidarité au peuple ouïghour.



Commenter cet article