Ces bloggers ouïghours qui "fomentent les émeutes"

Publié le par Ouïgour

http://www.rfa.org/uyghur/xewerler/tepsili_xewer/gheyret-niyaz-08022010215554.html/gheyret-dilshat-nureli-305.jpgLa condamnation du journaliste Gheyret Niyaz par le Haut Tribunal d’Urumchi à 15 ans de prison, a suscité de grand mécontentement aussi bien dans le média international, que parmi les intellectuels chinois.

 

Gheyret Niyaz, 51 ans, journaliste au quotidien « Xinjiang Economie » dans la version ouïghoure, avait été arrêté après les évènements sanglants d’Urumchi en juillet 2009. Il a été condamné à 15 ans de prison ferme pour « avoir menacé la sécurité d’Etat en donnant des interviews aux journalistes étrangers ».

 

Cette condamnation a suscité la colère des organisations des journalistes dans le monde entier. Même certains intellectuels chinois ont signé ensemble à partir de 30 juillet dernier, avec l’initiative d’économiste Ilham Tohti, lui-même a été accusé et arrêté pour ses critiques contre la politique du gouvernement dans la région. Dans leur pétition, les intellectuels chinois se sont souciés d’une montée éventuelle de la radicalisation de la colère des « minorités » avec « ce jugement extrêmement lourd ». Ainsi, le nombre d’intellectuel chinois qui a signé cette pétition a atteint à 23 dans ce pays qui compte un cinquième de la population mondiale.

 

Il est important de noter que Gheyret Niyaz n’est pas la seule victime soutenue dans cette pétition. Plus de 100 dirigeants des sites populaires ont été arrêtés à la suite du massacre du 5 juillet 2009. Ces sites, fortement fréquentés par les jeunes internautes ouïghours dans l’intérieur et l’extérieur de la région, ont été accusés d’avoir trop insistés sur les évènements de Shaoguan, qui ont, par ce fait, déclenché et fomenté la manifestation « illégale ». Les très populaires sites comme « Salkin », « Diyarim » et « Shebnem » ont été montrés du doigt par Nur Bekri, le général Pétain version ouïghoure, lors de sa conférence de presse sur les évènements.

 

La sentence de ces « cyber guerriers » a été organisée dans la rapidité sans prévenir leur famille. Seulement, d’après RFA, nous sommes informés que Dilshat Perhat, le dirigeant du site « Diyarim » et Nur’Ali de « Salkin » à 9 ans de prison, les autres sont condamnés entre 7 et 3 ans de prison. 

Commenter cet article