Une universitaire brésilienne expulsée

Publié le par Ouïgour

Vendredi 10 avril 2009 une universitaire brésilienne, professeur-chercheu r en université, a été retenue par les services de la
police française à l¹aéroport Roissy Charles de Gaulle et a passé la journée en rétention parce qu¹elle n¹avait pas une attestation
d¹accueil officielle mais seulement une attestation d¹hébergement rédigée par deux universitaires français de l'Université Nanterre,Yves Bellenand et
Idelette Muzart, comme ils l¹avaient toujours fait pour tous leurs amis brésiliens qu'ils ont accueillis depuis de nombreuses années.

Malgré leurs interventions répétées ils n'ont appris son incarcération que vers 18 h et son expulsion avec 16 autres brésiliens et brésiliennes par le premier avion en partance pour Rio de Janeiro à 21h50 le même jour.
A propos, cette année 2009 est l'Année de la France au Brésil, avec force commémorations officielles, visite du Président Sarkozy le jour de la fête nationale brésilienne, le 7 septembre, comme le Président Lula avait visité la France le 14 juillet 2005, pour l'Année du Brésil en France, et aussi des colloques... parmi lesquels un colloque, que je co-organise, consacré aux "Réseaux intellectuels France-Brésil, 19e-20e siècle". Ces universitaires français se demandent
combien faudra-t-il de "laisser-passer" pour que les Réseaux fonctionnent
pour le 21e siècle?

Ministres et conseillers de cabinet osent nous parler de l'"image de notre université à l'étranger", que notre grève contribue, parait-il, à ternir.

Une histoire absolument vraie, comme celle-là, montre dans le monde entier une image de la France comme un état policier, soumis à l'arbitraire. Elle est arrivée à une collègue brésilienne, elle peut se répéter demain pour n'importe quel invité à un colloque, n'importe quel ami étranger que nous invitons à passer une semaine ou deux à la maison, plutôt que de se ruiner à l'hôtel!

Déjà nos partenaires s'inquiètent et se bardent d'attestations et de documents ou même... renoncent à venir participer à un colloque en France ou à y passer une année d'études post-doctorales, trop risqué! (
Yves Bellenand et Idelette Muzart)





Publié dans Articles généraux

Commenter cet article