La liberté d'expression ne concerne ni tout, ni tout le monde

Publié le par Ouïgour

La liberté de parole et la liberté de publication sont « absolues » dans les pays « démocratiques ». Mais il ne faut pas en abuser non plus. Car cette liberté n’est pas pour n’importe qui et surtout pas pour n’importe quel sujet.

 

Par exemple, vous avez le droit de produire des dessins, des articles, des films dénonçant toute forme de terrorisme ou condamnant la religion musulmane. C’est un très bon sujet pour lequel vous ne risquez pas d’être condamnés. Vous pouvez diffamer, vous moquer, critiquer… faire tout ce que vous voulez sur ce sujet, vous êtes totalement libres ! Il n'y a qu'une seule chose qui soit gênante: vous risquez de trouver un message de Ben Laden, concernant du coup toute la population de votre pays. Mais ce n’est pas trop grave : Ben Laden fait des menaces par rapport à ce genre de faits pour montrer son appartenance à la religion MUSULMANE, et, fort heureusement, il est détesté par la majorité de la communauté musulmane. De plus, vous seriez protégé tout de suite par votre gouvernement qui est le « protecteur » de la liberté d’expression.

 

Ces derniers jours, un député d'extrême droite néerlandais, Geert Wilders, a produit un film contre l’islam en comparant le Coran avec le livre d’Hitler. Le film est suspendu pour le moment, pas par son caractère diffamatoire, mais par la peur de la mobilisation du monde musulman. Le débat est ouvert dans le monde entier sur la liberté d’expression.

 

Et parlons de la récente polémique sur le texto envoyé par le président français à son ex-épouse. Le journaliste est condamné, le président a revendiqué une poursuite judiciaire. Le journaliste a fini par s’excuser. Et retournons un peu en arrière, lors du deuxième tour de l’élection présidentielle du printemps dernier. L’absence de vote de Cécilia n’était pas autorisée à être publi"e, et à la suite d’une publication sur JDD, le quotidien a été condamné, lui aussi.

 

Vous avez entendu parler de l’affaire Guigue ? Le sous-préfet de Saintes (Charente-Maritime), Bruno Guigue, a été limogé après avoir publié une tribune «violemment anti-israélienne» sur le site internet «Oumma.com», alors que le sous-préfet se défend par ses recherches légitimes depuis dix ans sur le sujet. Ici personne ne se prononce sur la liberté d’expression. Car, ici, ce n'est plus le sujet, ce n'est plus la question.

 

Pour résumer, ce n’est pas à vous d’abuser de cette liberté sur n’importe qui et sur n’importe quoi. Evitez de toucher les grands personnages, les lois à la mode, et les communautés de l’Occident.

Publié dans Articles généraux

Commenter cet article

Bruno MARIE 02/04/2008 11:10

Bonjour,
vos commentaires rejoignent une question que je me pose depuis longtemps. Est-ce parce que la population du Turkistan est majoritairement musulmane que l'on en parle jamais alors que la situation là-bas est très similaire à celle du Tibet ? Qu'en pensez-vous ?