Au royaume de la démocratie turque tout le monde peut demander la dissolution d'un Parti

Publié le par Ouïgour

Nous sommes dans une période atypique:  la  Turquie , (on  doit l'appeler plutôt "France 2" puisqu'elle a  copié complètement le modèle français) est  devenue un pays "super démocratique", à un point tel qu'aucun  autre pays qui se réclame comme démocratique ne peut atteindre son niveau, même pas  son modèle français.

Au royaume de la démocratie turque, la loi est basée sur les idées d’Atatürk, mais attention ! il faut bien prononcer le nom de sa majesté car si vous faites par hasard une erreur de prononciation, vous risquez de passer un peu de temps à la « maison noire ». Même si sa majesté est décédée il y a bien longtemps, son Roh(esprit en turc) est toujours vivant et il guide les ultraprotecteurs de la laïcité turque, qui est encore une copie française.

 

Les turcs font bien les choses, soit ils laissent faire complètement, soit ils vont jusqu’au bout, comme avec la laïcité. En France, dans la république laïque, on a beaucoup plus de chance que les citoyens turcs. Même si le voile est interdit dans les écoles publiques, les universités accueillent quand même les étudiantes voilées. La Turquie, elle, est beaucoup plus radicale sur ce point : aucune institution, aucune école, aucune université publique n’accepte le voile. Toutes celles qui portent le voile sont des sources potentielles de terrorisme.

 

Dans le royaume de la démocratie turque, il n’y a pas de discrimination, qui est réservée uniquement aux élèves des lycées islamiques, futurs éventuels « terroristes » selon les ultras laïques. Même si les élèves de ces lycées obtiennent les meilleures notes en ÖSS (bac turc), ils ne pourront jamais rentrer dans les universités les plus prestigieuses, car il y a une censure très importante pour entraver ces élèves, et c’est également un moyen de décourager les plus jeunes de choisir ces lycées. Beaucoup d'entre eux partent en Europe après leur bac, car ils ne peuvent pas faire ce qu’ils veulent du fait de leur origine scolaire.

 

 Au royaume de la démocratie turque, tout le monde peut déposer un dossier pour demander la dissolution d’un parti qu’il n’approuve pas. Depuis quelques jours, un procureur de la cour de cassation, Abdurrahman Yalçinkaya, a déposé vendredi devant la Cour constitutionnelle un texte de 162 pages demandant l'interdiction du Parti de la justice et du développement (AKP). Peu avant cet « incident », M. Yalçinkaya n’était nullement connu par les autres, tout du moins à l'étranger. Mais depuis vendredi dernier, il est tout à coup devenu célèbre : tous les médias internationaux parlent de lui. Enfin, si le but de ce monsieur est uniquement de se rendre célèbre, comme l'étudiant qui a provoqué une explosion à l’Université de Pékin l’année dernière, alors, M. Yalçinkaya a réussit. Mais nous, les étrangers à la Turquie, on se demande s’il est normal dans sa tête. Il accuse l’AKP de transformer la Turquie en un Etat islamique et de détruire le système démocratique, selon des extraits publiés dimanche par la presse. L’Union Européenne a déjà appelé la Cour constitutionnelle à rejeter la demande. Et la Cour était d’accord ? 

Hors de question ! 

La Turquie est un pays démocratique ! N’oublions surtout pas cet aspect qui reste le plus important dans un Etat moderne. Au royaume de la démocratie turque, tous les citoyens ont le droit de déposer une telle demande et la Cour étudie pendant deux semaines très soigneusement chaque demande. Le procureur réclame que 71 membres de l'AKP, dont 39 députés et 11 maires, soient interdits de faire de la politique pendant cinq ans. Parmi ceux-ci figurent M. Erdogan et le président Abdullah Gül, ancien cadre de l'AKP. Vous voyez, dans quel pays peut-on  déposer une demande aussi ridicule ? Les pays démocratiques occidentaux regardent d’abord la nature de la demande, ensuite ils décident de l’accepter ou non. Si c’est une demande d’intérêt privé ou de problème mental, on accuse en revanche la personne qui a fait cette proposition. Alors qu’en Turquie, ça ne se passe pas comme cela. On doit respecter le droit humain et le droit des citoyens, on étudie d’abord la demande même si le but est clair. Il y a une longue démarche pour chaque étude.

C’est cela la Turquie laïque et moderne. Si vous aviez par hasard la nationalité turque, ce qui est beaucoup plus difficile à avoir qu’en France, vous pourriez aussi déposer une telle demande. Mais ne le faites surtout pas contre le chef de l’armée turque, car c’est lui le véritable maître du pays. Aucune demande ridicule ne peut l’atteindre, car il est l’héritier d’Atatürk. Sinon, vous risqueriez d’être condamné tout de suite et passer le reste de votre vie dans la « maison noire ».

Publié dans Articles généraux

Commenter cet article