Les offres WiMAX arrivent au compte-goutte et à tous les prix

Publié le par Ouïgour

Technologie qui censée réduire la fracture numérique, le WiMAX commence seulement à être commercialisé auprès des particuliers.  Mais les tarifs ne sont pas les mêmes suivant les régions.


Mais où sont donc passées les centaines de stations WiMAX qui étaient censées sauver les exclus de l'ADSL ? Au mois de juillet 2006,
dix acteurs (opérateurs et collectivités locales) obtenaient le droit d'exploiter ce type de réseau sans fil pour apporter le haut-débit dans nos campagnes. A la fin de 2006, certains annonçaient en fanfare l'installation de leurs premiers émetteurs, en promettant une commercialisation effective par le biais de fournisseurs d'accès à Internet (FAI). Mais depuis, c'est le silence radio.
En fait, à l'exception de l'opérateur Altitude Telecom, qui avait pris de l'avance, les premières offres WiMAX grand public commencent à peine à éclore. C'est le cas chez Numéo, un jeune FAI qui a lancé ses services le 1er février dernier dans le Loiret, en Seine-et-Marne, dans la Sarthe et dans le Haut-Rhin. A son catalogue, l'accès à Internet par WiMAX à 2 Mbit/s, 512 kbit/s dans certaines régions et la téléphonie sur IP. Mais, surprise, ses tarifs ne sont pas les mêmes suivant les départements...

Plus cher dans le Haut-Rhin que dans la Sarthe

Ainsi, Numéo demandera à un client alsacien 42,90 € par mois pour un accès WiMAX à 2 Mbit/s (hors frais de mise en service et achat du matériel). En revanche, dans la Sarthe, l'abonnement tombera à 29,90 € par mois ! Numéo facturerait-il à la tête du client ? « Nous proposons du WiMAX dans le cadre de projets de conseils généraux. Les conditions tarifaires que les collectivités négocient avec les opérateurs de gros [ceux qui installent les stations WiMAX et en revendent l'accès aux FAI comme Numéo, NDLR] sont différentes d'un département à l'autre. Nous sommes donc obligés de le répercuter sur nos tarifs », indique Loïc Biot, chargé du développement commercial de Numéo.
Explications : dans certains départements, les collectivités locales subventionnent une bonne partie des réseaux WiMAX, montés par des opérateurs « de gros » (HDRR, LD Collectivités, SHD, Altitude Infrastructure, etc.). Elles négocient au passage les tarifs que ces opérateurs d'infrastructure facturent aux FAI. « Nous avons un droit de regard sur les tarifs de gros, mais pas sur les tarifs de détail que les FAI facturent ensuite aux consommateurs », explique Philippe Walter, responsable du projet Haut-Débit au conseil général du Haut-Rhin. Et logiquement, plus un FAI paiera cher l'accès WiMAX de son opérateur de gros, plus il sera contraint d'augmenter ses propres tarifs.

Pas de frais de mise en service en Haute-Garonne

Dans le Haut-Rhin, le réseau WiMAX est subventionné aux deux tiers par l'argent public, ce qui comprend aussi le coût de l'équipement qui sera installé chez les clients. Mais malgré la subvention, outre l'abonnement, un client du Haut-Rhin doit quand même débourser 120 euros pour acheter l'antenne et le modem WiMAX. Les équipements WiMAX sont effectivement très chers, du fait de leur rareté.
Mais, visiblement, chaque conseil général négocie plus ou moins bien les tarifs avec son opérateur de gros. Ainsi, les habitants de la Haute-Garonne sont bien mieux lotis : le petit FAI Als@tis s'apprête à y connecter ses premiers clients, avec une offre à 2 Mbit/s facturée 39,90 € par mois, mais sans frais de mise en service et en incluant le prêt du matériel. Als@tis intervient dans le cadre du projet WiMAX du conseil général de la Haute-Garonne.

Toujours rien chez Free, Neuf et SFR

Contrairement aux petits FAI comme Numéo ou Als@tis, Altitude Telecom peut se permettre de lisser ses tarifs, quelle que soit la région. D'autant que son fournisseur de gros n'est autre que... Altitude Infrastructure. Il détient d'ailleurs treize licences WiMAX depuis la dissolution du consortium Maxtel. Cela donne 39 € par mois, pour un accès à 1 Mbit/s (+6 € pour le téléphone), sans achat de matériel mais avec bien sûr une caution (100 €). Altitude est l'opérateur WiMAX le plus avancé, avec 3 000 clients particuliers.
En revanche, on attend toujours le lancement des offres WiMAX prévues chez Neuf Cegetel, SFR ou encore IFW (Free), le seul à pouvoir fournir du WiMAX à l'échelle nationale. Mais ces poids lourds ont eu bien d'autres chantiers en cours et les incertitudes sur l'arrivée de la version mobile du WiMAX les font traîner des pieds.                                                                                       
                                                                                                                ALLER AU TOP

Publié dans Articles sur TIC

Commenter cet article